Réponses :: Elections 2018 :: Fédération genevoise des associations LGBT
Elections 2018

Réponses

La Fédération genevoise des associations LGBT et ses associations membres

Fondée en 2008, la Fédération genevoise des associations LGBT (lesbiennes, gay, bisexuelles et trans*) est composée des associations 360, Dialogai, Lestime, Parents d’homos et Think Out. Nous vous invitons à prendre connaissance de nos associations membres et de leurs projets sur leurs sites respectifs: www.association360.ch www.dialogai.org www.lestime.ch parentsdhomos.ch https://www.facebook.com/ThinkOutThinkDifferent/ Nous vous invitons également à prendre connaissances des projets de la Fédération: www.federationlgbt-geneve.ch

 

Questionnaire pour les élections cantonales

A l’occasion des élections cantonales 2018, la Fédération genevoise des associations LGBT souhaite connaître votre position personnelle sur une série de questions liées aux thématiques LGBT. Nous vous remercions d'avance de votre participation à notre questionnaire. En application de la loi, vos coordonnées personnelles resteront confidentielles. L’ensemble de vos réponses fera l’objet d’une analyse et d’une publication (médias et site de la Fédération et de ses associations membres). Nous avons également mis à votre disposition un lexique des principaux termes évoqués ci-dessous. Le délai pour remplir le questionnaire est fixé au 28 février 2018.  Nous restons à votre disposition pour toute question: info@federationlgbt-geneve.ch - 076 437 84 14. Un grand merci !

1. Institutionnalisation de la prévention et de la lutte contre les LGBT-phobies

1a. Malgré l’article 15.2 de la Constitution genevoise, il n’existe aujourd’hui aucune base légale concernant la prévention et la lutte contre les violences, les stéréotypes et les discriminations basées sur l’orientation sexuelle et l’identité de genre. Êtes-vous en faveur d’une loi cantonale visant à prévenir et lutter contre les violences, les stéréotypes et les discriminations basées sur l’orientation sexuelle et/ou l’identité de genre?

197 réponses:
Non: 1%
 
Oui: 95%
 
Sous réserves: 3%
 
ALONSO UNICA ManuelOuiJe suis en faveur d'une loi cantonale qui vise à prévenir et lutter contre les violences, les stéréotypes et les discriminations basées sur l'orientation sexuelle et d'identité de genre.
AMATO MauriceOui
AMSELLEM-OSSIPOW BénédicteOui
ANDENMATTEN DavidOuiJe suis contre toutes les discriminations basées sur l'orientation sexuelle et/ou l’identité de genre
APOTHÉLOZ ThierryOuiCette loi aurait dû voir le jour rapidement après l'adoption de la Constitution genevoise. Chaque jour, de nouveaux cas de discrimination nous prouvent la nécessité pour Genève de se doter d'une loi claire, ambitieuse, à la hauteur de notre canton et de son aspiration à être un pôle international des droits humains.
ARMAND CatherineOui
von ARX-VERNON Anne-MarieOuiJ'ai déjà été co-signataire d'une telle demande
BACHMANN DelphineOui
BAILAT ArianeOui
BANDLER MarkoOuiCela me paraît fondamental! Trop souvent encore dans notre société, malgré l'apparente évolution des mentalités, on assiste à des manifestation violente ou discriminantes vis à vis de l'orientation sexuelle et l'identité de genre.
BAPTISTE BOCCARD DamienOui
BARRY ThiernoOui
BAUD OlivierOuiIl faut créer une base légale afin de se donner les moyens de lutter contre les discriminations basées sur l'orientation sexuelle et l'identité de genre. Par ailleurs, il faudrait compléter l’article 15 de la Constitution en y incluant l’identité de genre.
BAVAREL ChristianOui
BELLINGERI Stefano-VitoOui
BENDA BenjaminOui
BÉNÉ JacquesOui
BLANCH PascalSous réservesA voir le contenu de cette loi. Dans l'absolu, oui ce qui rejoint la question 1d, mais doit-on faire une loi et avec quel contenu, à voir.
BLANCHET MarjoOui
BONNY DidierOui
BONVIN BONFANTI AnneOuiResponsable du groupe de travail égalité chez les Vert-e-s genevois-e-s, je y suis favorable car seul un cadre contraignant permettra de lutter contre ces violences et ces discriminations, qui sont loin de reculer pour l'instant.
BORCARD AnneOui
BOSELLI GAUTHEY MonicaOui
BOSSHARD Pierre-YvesOui
BOURBALA DjamelOui
BOUVIER ChristineOuiJe suis contre toutes les discriminations et surtout contre celle basée sur l'orientation sexuelle qui est pour moi de la liberté individuelle.
BOUVIER JérémyOuiSur le principe, oui, j’y suis favorable.
BRON Gilles-OlivierOui
BRUCHEZ ThomasOui
BUCHER DenisOuiIl me semble absolument vital de spécifier cela dans la loi. Cela doit être le cas d'une part pour donner un message clair en amont mais aussi pour éviter toute possibilité de discussion ou de contestation lorsque des faits doivent être jugés.
BUENZOD ChristianOui
BUGNION Jean-MichelOui
BUI AuroreOuiOui, évidemment. Il est essentiel de lutter contre toute discrimination mais en particulier contre celle-ci qui est particulièrement insidieuse.
BURKHARD RolandOui
BUSCHBECK MathiasOui
CALAME BorisOui
CALAME FabriceOui
CARASSO GrégoireOuiUne loi d'application pour déployer des effets juridiques et politiques concrets est indispensable pour que la disposition constitutionnelle soit plus qu'un principe, une réalité.
CERUTTI ThierryOuiDans le même état d'esprit que ce qui se fait déjà pour d'autres, nous devons être cohérent.
CHAKER MANGEAT AliaOui
CHAOUI LaïlaOuiComplétement car encore trop de discriminations et violence
CHÂTELAIN DimitriOui
CHAUDIEU AnneOuiToute discrimination est à combattre
CHEVALIER AlexandreOuiIl est essentiel d'adapter notre législation aux questions de défenses contre les discriminations LGBTIQ
CHIARADONNA DenisOui
CHRISTINAT Jean-DavidOui
CLEMENCE NicolasOuiLe programme du parti socialiste prévoit notamment d'interdire tout forme discrimination sexuelle en fonction de l'identité de genre.
CONCHA CeltiaOui
CONNE PierreOui
CORPATAUX LaurenceOuiPour donner l'impulse pour lutter en priorité contre les discriminations et mettre en place les mesures de prévention liées à l'orientation sexuelle ou à l'identité de genre.
CREFFIELD ConradOui
DA CRUZ PERRET-GENTIL AnnaOui
DAL BUSCO SergeOuiL’article 15 de notre constitution prévoit déjà que toutes les personnes sont égales en droit et que nul ne doit subir de discrimination du fait notamment de son origine, de sa situation sociale, de son orientation sexuelle, de ses convictions ou d’une déficience. La question de préciser la notion d’identité de genre mérite cependant d’être posée, car elle va en effet plus loin que l’orientation sexuelle. Il pourrait donc être pertinent d'affiner cette disposition ou de la matérialiser à travers une disposition législative cantonale.
DALPHIN MarcOui
DE CANDOLLE BeatrizOui
DE CHASTONAY MarjorieOuiOui, car de nombreuses inégalités persistent encore dans la société genevoise. Ces discriminations existent et doivent absolument être combattues; dans une logique de défense et de respect des droits fondamentaux. C’est dans cette logique que s’inscrira mon action, dans la ligne de celle des Verts genevois qui ont récemment permis aux exécutifs communaux de célébrer des partenariats enregistrés.
DE FELICE NicolasOuiIl faut traduire en loi ce qui est inscrit dans la Constitution genevoise, sans quoi ce ne sont que des mots sur le papier, alors que les discriminations dans les faits persistent.
DE KALBERMATTEN AlainOui
DE MATTEIS YvesOuiOui, je suis en faveur d'une telle loi, en plus d'une loi générale sur les droits humains. D'ailleurs j'ai déposé plusieurs motions qui vont dans cette direction, par exemple la M-2304. http://ge.ch/grandconseil/data/texte/M02304.pdf
DE ROUGEMONT PhilippeOui
DE SAINTE MARIE RomainOui
DECORVET ChristianOui
DELMENICO JanineOui
DEONNA EmmanuelOui
DEPRAETERE MANULIS GracielaOuiOui
DESBIOLLES SophieOui
DESCOMBES IsabelleOuiIl devient urgent de voter cette loi
DO REGO RicardoOuiLa lutte contre les discriminations de toutes natures doit passer évidemment par la force de la loi qui est le cadre le plus performant pour l'action de l'autorité publique.
DOUZALS JacquesOui
DUJOUX ValentinOuiOui, tout comme je le suis en ce qui concerne la proposition au niveau fédéral de M. Reynard (PS/VS). Aucune discrimination, aucune violence ne doit pouvoir passer entre les mailles du filet en raison d'un flou juridique. Cette problématique existe, détruit et tue et il est indispensable que l'appareil législatif intègre cette question.
DUPONT ThérèseOui
DURAKU EdonOui
ECKERT PierreOuiLa loi devra également comporter tous les aspects liés à l'éducation.
ECUYER AnnickOuiIl est dommage que l'article de mentionnant l'orientation sexuelle ne comporte pas l'identité de genre, c'est un manque flagrant lors de la rédaction de la Constitution genevoise. Cette loi serait importante, car elle donnerait un signal clair non seulement à la collectivité mais aussi aux institutions officielles.
EMERY-TORRACINTA AnneOuiLa lutte contre les inégalités de tout type est l'une de mes priorités et guide mon action quotidienne au sein du département de l'instruction publique, de la culture et du sport (DIP) dont je suis en charge. Je m’engage ainsi résolument pour faire progresser la promotion de l’égalité entre les sexes, pour lutter contre toutes les discriminations, et en faveur de la prévention de l’homophobie et de la transphobie au sein de la société. Plus particulièrement, au sein du DIP depuis 4 ans, j'œuvre pour que chaque enfant, chaque jeune, soit considéré.e et respecté.e comme un.e membre à part entière de la communauté, pour qu'elle ou il puisse apprendre à bien vivre avec les autres, dans le respect des valeurs démocratiques qui fondent notre société. J'ajouterais qu'au sein de l'école, la lutte contre les violences de genre, l'homophobie et la transphobie est un axe important de l'ensemble des actions menées au sein des établissements. Ceci appelle plusieurs axes d'actions : prévention, formation, sensibilisation, intervention, prise en charge. Le message que l'institution délivre est ici essentiel : la valorisation de la diversité et la défense du respect de chacun.e, à commencer dans son intégrité physique et psychique. Je m'engage ainsi avec force et conviction pour favoriser la reconnaissance et l’intégration des personnes de la communauté LGBT, pour lutter contre toute forme de discrimination à leur égard, de manière générale au sein de la société. C'est pourquoi je suis favorable à l'ensemble des propositions de ce questionnaire.
EMONET SarahOuiUne loi assurerait des bases légales ainsi qu’un cadre sur lequel les institutions pourraient se baser pour statuer sur divers cas bien spécifiques aux citoyens gays,lesbiennes et transgenres.(LGBT)
ENILINE AlexanderOuiil faut aussi compléter l’article 15 de la Constitution en y incluant l’identité de genre.
ESTEBAN DiegoOuiCette loi pourrait d'ailleurs prochainement voir le jour, le BPEV ayant été chargé par le Conseil d'Etat de la rédiger; la balle est désormais dans le camp de l'exécutif. J'attends de cette loi qu'elle sache percer la bulle familiale pour s'attaquer à l'homophobie et à la transphobie domestique, et qu'elle prévoie des dispositions visant spécifiquement les opérations indignes d'assignation sexuelle pratiquées sur des enfants intersexes.
FABRE MichelOuiAinsi que toute autre forme de discrimination
FISS JoëlleOui
FONTANET NathalieOuiOui s'il devait apparaître que les dispositions en vigueur ne permettent pas d'actionner efficacement la justice en cas de violences, de stéréotypes et discriminations basées sur l'orientation sexuelle et/ou l'identité de genre
FORNI Jean-LucOuiVu les discriminations bien réelles, une loi cantonale d'application de la Constitution est indispensable
FOURNIER NicolasOui
FRAMMERY ChloeOuiJe suis évidemment en faveur d'une loi visant à prévenir et lutter contre les violences, les stéréotypes et les discriminations basées sur l'orientation sexuelle et/ou l'identité de genre sauf, je préfère le préciser, s'il s'agit de sexualité pédophile. En effet, l'âge minimum de consentement à un acte sexuel a été estimé raisonnable d'être fixé à 13 ans par la Ministre de la Justice française Nicole Belloubet, dans le cadre du procès en Cour d'assises de Seine-et-Marne, en novembre 2017, d'un homme accusé du viol d'une fillette de 11 ans, estimant qu'il n'y avait pas eu de "contrainte". Cet homme a été acquitté. Il ne s'agit pas de légitimer une telle chose à Genève, sous couvert de lutte contre la discrimination sur l'orientation sexuelle.
GANDER FlorianOuiDe manière général toute sa violences doivent être punie, donc il faut évidement prévenir et lutter contre touts violence, stéréotypes et discrimination en légiférant..
GAVILANES AmandaOui
GEOFFROY EliasOui
GIANNASI AnthonyOui
GIANNELLI MarkOuiMalgré le fait que l'interdiction de la discrimination figure dans la Constitution (y compris fédérale), on constate d'énormes lacunes dans le domaine des LGBTI. Je suis en faveur de l'élaboration d'une loi générale contre la discrimination. Cette loi devrait englober tous les discours haineux, qu’ils soient basés sur la religion, l’ethnie, l’origine, l’orientation sexuelle et l’identité de genre, le mode de vie, le handicap, le sexe et le statut social. Il faut aussi selon moi mieux informer les victimes de telles discriminations sur les instruments juridiques existants. En cas de discours haineux, les personnes LGBT peuvent, à titre individuel, invoquer les articles 28 et suiv. du Code civil sur la protection de la personnalité et les articles 173 et suiv. du code pénal, notamment pour injure.
GIORIA GaëlleOui
GOMEZ AlfonsoOuiMalgré le fait que des progrès considérables aient été constatés au niveau fédéral et cantonal en matière de lutte contre l’homophobie il faut que des efforts en matière de lutte contre l’homophobie, la transphobie, les discriminations et les préjugés basés sur l’orientation sexuelle et l’identité de genre se poursuivent, et en utilisant notamment l’expertise des associations. Les propos injurieux et homophobes proférés par Laurent Leisi, élu MCG au Conseil municipal de la Ville de Genève suite au décès de Pierre Bergé et le refus du Bureau de ce même municipal ont démontré que la législation actuelle n'est pas suffisante.
GOSTOLI GérardOuioui, je pense que le respect de la personne est fondamental. Il faut lutter contre la discrimination de toute forme.
HAAS FrançoisOuiJe pense réellement qu'il est temps de faire quelque chose face aux inégalités subies concernant l'orientation sexuelle ou le genre des personnes.
HEBERLEIN SIMONETT ClaudiaOui
HERREN YvesOuiAbsolument vital , je ne comprends même pas que cela n'existe pas déjà.
HODGERS AntonioOui
HONEGGER HELLER ManuelaOui
INNOCENTI FlavioOui
JAUCH CarolineOui
JELK-PEILA AndréeOuiCet objectif est à mettre en rapport avec la lutte contre les stéréotypes de genre, desquels on parle beaucoup ,mais qui perdurent et même s'intensifient
JUD PhilippeSous réservesPour autant que l'on soit attentif à ne pas créer de doublon avec les lois existantes, sources de quiproquo et de conflit en justice par la suite!
KAST Carole-AnneOui
KEEL ThéoOui
KLINGELE OlivierOui
KLOPFENSTEIN BROGGINI DelphineOui
KOKOT GuilhemOui
KÜNDIG RalphOui
LAEMMEL-JUILLARD ValérieOui
LANGER ValérieSous réserves
LANGFORD PiaOui
LAPALUD PatrickOui
LATOUR SabineOui
LAURENT Pierre-AlainOuiJe suis pour une loi égalitaire absolue, sans restriction et en parfaite harmonie avec les droits humains.
LAVRADOR DIAS ClaudiaOui
LE JONCOUR-BRÜLHART CélineOui
LEFORT FrançoisOui
LEHNER LaurentOuiDans un état fédéral tel que la Suisse, la lutte et la prévention contre les violences, les stéréotypes et les discriminations basées sur l’orientation sexuelle et/ou l’identité de genre se doit d’être faite à un niveau fédéral, par exemple par le biais d’une disposition dans le Code pénal suisse. De manière choquante, la Suisse ne dispose pas de loi spécifique pour combattre l’homophobie, l’article 261bis du Code pénal n’étant de loin pas suffisant. Une lutte efficace contre l’homophobie devant nécessairement être traité au niveau pénal, c’est donc avant une tout une modification du Code pénal qui doit être effectué. Toutefois, au niveau cantonal, beaucoup de choses peuvent également être effectuées notamment en matière d’égalité des genres et des orientations sexuelles ainsi que dans le cadre du droit public cantonal. Je suis donc très favorable à une loi cantonale prévenir et lutter contre les violences, les stéréotypes et les discriminations basées sur l’orientation sexuelle et/ou l’identité de genre.
LEISER Jean-MarcOui
LEONELLI KatiaOui
LÜTHI BadiaOuiL’orientation sexuelle entre dans la cadre de la liberté individuelle. Il est fondamental que chaque personne puisse bénéficier du droit de vivre sa vie comme elle le désire. Bien entendu, à condition que la liberté de l’autre soit respectée.
MACCHIAVELLI Marta JuliaOui
MAGNIN DanièleOuiL’article 261 bis CP ne protège pas. L’article 15.2 de la Cst GE est iben rédigé, pourquoi pas préciser dans une loi la protection contre les abus et leur sanction, pour autant que ce ne soit pas contraire au droit fédéral.
MAKOSSO WilliamOui
MARÉCHAL ChristopheOui
MARTENOT AudeOui
MARTI CarolineOui
MAZZONI NikitaOui
MEIERHOFER CharlotteOui
MEISSNER REYFER ChristinaOui
MÉNÉTREY YasmineOuiIl faut mettre en place tous les outils nécessaires, afin de pouvoir prévenir tout type de violence.
MESSERLI Marie-ClaireSous réservessous réserves de non abus sexuels ni contraintes sur des mineurs.
MEYER DE STADELHOFEN PhilippeOui
MIZRAHI CyrilOui
MOYARD MIZRAHI SalimaOui
MÜLLER ABRAMOVICH FabienneOui
MÜLLER OlivierOui
MUSSA YounissOui
NICOLET-DIT-FÉLIX JulienSous réservesUne base légale est évidemment indispensable pour lutter contre les violences et les discriminations. La définition du stéréotype est plus complexe et, si je suis convaincu qu'il faille lutter contre par l'éducation et le dialogue, je ne suis pas persuadé que la voie pénal soit très fructueuse, le risque existant que, faute de définition, des procédures lancées contre des situations stéréotypiques caractérisées débouchent sur des non-lieux, ce qui serait catastrophique...
NICOLLIER PierreOui
NOËL PhilippeOui
OCHARAN ROBLES RAPAZ EvaOui
ORSINI AntoineOui
OVETT BONDI DaviniaOuiIl faut créer une base légale afin de se donner les moyens de lutter contre les discriminations basées sur l'orientation sexuelle et l'identité de genre. Par ailleurs, il faut compléter l’article 15 de la Constitution en y incluant l’identité de genre.
ÖZDEMIR ElçimOui
PASCARELLA LouiseOuije pense que chaque personne est libre de choisir ses orientations sexuelles
PATEK SergeOui
PERADOTTO JulieOuiJe suis absolument contre toutes violences et inégalités de traitement des stéréotypes et discriminations basées sur l'orientation sexuelle et l'identité de genre.L’État doit avoir une politique claire et beaucoup plus déterminée en la matière, notamment par la une base légale cantonale permettant la mise en application de l’article 15.2
PÉREZ MariaOui
PERLER FrédériqueOui
PROGIN ChristianOuiClairement oui du moment que la loi permettrait de préciser ou de combler des lacunes des lois déjà existantes. Non si ce sont des doublons de lois existantes.
PUTALLAZ ThomasOui
QUIJANO GARCIA MariaOui
RANDEGGER AliceOui
REGAMEY MurielleSous réservesJe considère que cette problématique est plus large, à mon sens il est nécessaire, en se basant sur la déclaration universelle des droits de l'homme, de promouvoir l'égalité entre tous,le respect de chacun.e (sans distinction, homme, femme, transgenre), de son intégrité, de sa différence, de son droit d'expression, de son droit à être entendu.e, protégé.e
REOLON BrunoOuiTout être humain à droit au respect de son son mode de vie et pour cela il a droit à la considération et au respect et il doit être protégé par la loi contre toute discrimination de son mode de vie.
RICCIARDI WERLEN JacquelineOuiC'est la basse de mon engagement
RIELLE Jean-CharlesOui
ROCH Ana BelenOui
ROCHAT YvanOui
ROMANO Maria-VittoriaOuiA l'instar du projet au niveau fédéral le canton devrait combattre ces discriminations au même titre que le racisme. La norme pénale antiraciste devrait être complétée en y ajoutant l'orientation sexuelle et l'identité du genre.
ROULIN ClaudeNonIl faut instruire et mieux informer la population.
RYS AlexandraOui
SALERNO SandrineOui
SCHALK AntoineOuiOUI! Cela devrait aller de soi en 2018. Je n'ai pas vraiment les mots pour exprimer mon désarroi et mécontentement face à un vide juridique flagrant touchant des populations déjà marginalisées. Face à l'immobilisme de la confédération, c'est au canton de faire le travail en légiférant et en poussant Berne à agir.
SCHELLER GérardOui
SCHNEBLI TobiasOui
SHLYAPINA ElenaNonLa Constitution genevoise contient déjà des disposition légales suffisantes. Je crois que la liberté du choix de l'orientation sexuelle doit être traité comme le choix de religion, d'opinion politique, l'appartenance ethnique etc. Cette liberté doit être garantie au même titre et par les lois qui garantissent la protection contre la violence et la discrimination des autres droits humains. En ce qui concerne la lutte contre les stéréotypes, j'insiste que cela doit se faire en respect total de la liberté des non LGBT, car notre liberté s’arrête là ou commence la liberté des autres et les droits dont toujours accompagnés des obligations.
SOBANEK MarionOuiSachant que des problèmes liés à l'orientation sexuelle est une des premières causes de suicide chez les jeunes, il me semble important d'avoir une base légale pour lutter contre les discriminations liées à ce sujet, mais c'est aussi important pour l'ensemble de la société.
SOMMER MonikaOui
SONDEREGGER GabrielaOui
SOTOMAYOR AndréOuiLa loi doit être adapté, voir renforcer, comme dans le droit supérieur Suisse. Il y a un manque, je suis d'avis de renforcer la législation.
SPAGNOLO SalvatoreOui
STAUB MartinOuiCes violences, qu'elles soient physiques verbales ou symboliques, doivent être combattues efficacement.
STEINER MatthieuSous réservesLa violence et les discriminations doivent évidement être combattues au niveau légal. En revanche, les stéréotypes ne peuvent pas vraiment être combattue par ce biais là. Il s’agit de dialoguer. Criminaliser la pensée stereotypale ne la fait pas évoluer mais cré des crispations. La proposition 1b me parrait plus adaptée.
STRASSER LénaOui
TALEGHANI MajidOui
TCHAMKERTEN JolankaOui
THÉVOZ SylvainOuiTotalement. La prévention et la sensibilisation menées par les associations et les services comme l'agenda21 en Ville est important, il doit s'accompagner d'une base légale plus forte afin de lutter contre les violences basées sur l'orientation sexuelle et l'identité de genre.
THOMIAS LEDUC DianaOuiIl est inconcevable que ce ne soit pas appliquer. Toutes discriminations est négative pour notre société. Elle montre la bassesse d'esprit des personnes qui s'emploie à le faire.
TINGUELY DominiqueOuiLe principe d'égalité devant la loi est un principe central de la démocratie, il doit en être de même pour les personnes LGBTIQ !
TOMBOLA Jean-PierreOuiIl est important de lutter efficacement toute forme discrimination et lgbt-phobies.
TSCHUDI PalomaOui
VALENTINO StéphanieOui
VALIQUER GRECUCCIO NicoleOuiUne loi est plus que nécessaire.Une avancée sur le plan cantonal serait évidemment magnifique. Toutefois, il faudrait une action concertée au niveau de l'ensemble des cantons, car la Suisse accuse un retard certain au niveau légal par rapport à ses voisins notamment : mariage civil, égalité pour les familles «arc-en-ciel» au niveau de la loi, changement de sexe à l’état civil, lutte contre homophobie au même titre que racisme, etc.
VAN WOERDEN WendyOui
VEIGA LÖFFEL DamianOui
VINCENT MichelOuiOUI. Il faut créer une base légale afin de se donner les moyens de lutter contre les discriminations basées sur l'orientation sexuelle et l'identité de genre. Par ailleurs, il faut compléter l’article 15 de la Constitution en y incluant l’identité de genre.
WAVRE RolinOuiOui, je pense que les actives homophobes ne sont pas suffisamment couverts par les lois générales luttant contre les autres discriminations. Mais la communauté LGBTIQ n’a pas non plus intérêt à être traités d’une manière trop singulière puisqu’elle vise à long terme à supprimer toute discrimination.
WENGER ThomasOuiUne loi cadre est indispensable pour combattre de manière concrète avec des moyens appropriés les violences, les stéréotypes et les discriminations basées sur l'orientation sexuelle et/ou l'identité de genre.
YOL DianaOui
YUNUS EBENER MaryamOui
ZACHARIS RonaldOui
ZAUGG CeciliaOui
ZAUGG ChristianOui
ZAUGG DanielOui
ZIMMERMANN OlivierOui
ZUBER-ROY CélineOuiLe cadre légal actuel me parait suffisant pour prévenir et lutter contre les violences, les stéréotypes et les discriminations basées sur l’orientation sexuelle et l’identité de genre. Toutefois, s'il existe effectivement une lacune, je n'ai pas d'opposition à la combler dans une loi spécifique.