Réponses :: Elections 2018 :: Fédération genevoise des associations LGBT
Elections 2018

Réponses

4f. Êtes-vous en faveur d’une loi cantonale qui encadrerait le processus de transition, permettrait de dépathologiser la transidentité et qui se baserait sur l’auto-détermination des personnes trans* pour le changement de sexe à l’état civil?

177 réponses:
Non: 1%
 
Oui: 88%
 
Sous réserves: 10%
 
ALONSO UNICA ManuelOuioui
AMATO MauriceOui
AMSELLEM-OSSIPOW BénédicteOui
ANDENMATTEN DavidOui
APOTHÉLOZ ThierryOuiLa question pourrait être abordée dans la loi spécifique mettant en oeuvre la norme constitutionnelle (loi contre les discriminations).
ARMAND CatherineSous réserves
von ARX-VERNON Anne-MarieOui
BACHMANN DelphineOui
BAILAT ArianeOui
BANDLER MarkoOui
BAPTISTE BOCCARD DamienOui
BARRY ThiernoOui
BAUD OlivierOuiCela permettrait une dépathologisation des parcours des personnes trans*. Le caractère obligatoire de la stérilisation doit absolument être abandonné.
BAVAREL ChristianOui
BELLINGERI Stefano-VitoOui
BENDA BenjaminOui
BÉNÉ JacquesSous réserves
BLANCHET MarjoOui
BONNY DidierOui
BONVIN BONFANTI AnneOui
BORCARD AnneOui
BOSELLI GAUTHEY MonicaOui
BOSSHARD Pierre-YvesOui
BOURBALA DjamelOui
BOUVIER ChristineOui
BOUVIER JérémySous réservesA nouveau, je ne crois pas qu’il revienne aux autorités publiques de se prononcer sur ce qui constitue ou ne constitue pas une pathologie. S’agissant de légiférer pour ce qui concerne le changement de sexe à l’état civil, j’y suis favorable, sous réserve que cela soit du ressort des cantons.
BRON Gilles-OlivierSous réservesOui pour faciliter le changement de sexe pour l'état civil, sans que le transidentitaire doive passer obligatoirement par la reconnaissance de son cas par un psychiatre ou le chirurgien. Mais je me demande si la seule auto-détermination requise pour modifier l'état civil n'est pas "trop simple" pour un acte qui a des conséquences légales (ex : obligations militaires, âge de la retraite, etc.). Le changement d'état civil doit "valider" la fin d'une transition. Et, selon moi, une tierce personne doit attester que c'est le cas. Après, que cette personne soit un médecin, un juge ou un ami du demandeur, je n'ai pas d'a priori.
BRUCHEZ ThomasOui
BUCHER DenisOui
BUENZOD ChristianSous réserves
BUI AuroreOui
BUSCHBECK MathiasOui
CALAME BorisSous réservesCf. 4e
CALAME FabriceOui
CARASSO GrégoireOui
CERUTTI ThierryOui
CHAKER MANGEAT AliaSous réserves
CHAOUI LaïlaOui
CHÂTELAIN DimitriOui
CHAUDIEU AnneOui
CHEVALIER AlexandreOui
CHIARADONNA DenisOui
CHRISTINAT Jean-DavidOui
CLEMENCE NicolasOui
CONCHA CeltiaOui
CONNE PierreOui
CORPATAUX LaurenceOuiLa thématique pourrait être englobée dans la loi cantonale pour prévenir et lutter contre les violences, les stéréotypes et les discriminations basées sur l’orientation sexuelle et/ou l’identité de genre
CREFFIELD ConradSous réservesJe n'ai pas les connaissances pour pouvoir donner un avis la dessus, mais si des médecins expert sont pour une dépathologisation, alors évidement je suis pour et serais en faveur d'une loi encadrerait un processus de transition.
DAL BUSCO SergeOui
DALPHIN MarcOui
DE CANDOLLE BeatrizOui
DE CHASTONAY MarjorieOui
DE FELICE NicolasOui
DE KALBERMATTEN AlainSous réserves
DE MATTEIS YvesOuiOui, évidemment. Et la question de l'auto-détermination des personnes trans* est fondamentale, comme d'ailleurs je l'avais déjà souligné dans la motion M-2304, dans laquelle je précisais que les personnes trans* "font face à une précarité sociale, professionnelle et psychologiques particulièrement dramatique (stérilisation forcée, absence de droit à l’autodétermination, etc.);"
DE ROUGEMONT PhilippeOui
DE SAINTE MARIE RomainOui
DECORVET ChristianOui
DELMENICO JanineOui
DEONNA EmmanuelOui
DEPRAETERE MANULIS GracielaOui
DESBIOLLES SophieOui
DESCOMBES IsabelleOui
DO REGO RicardoOui
DOUZALS JacquesOui
DUJOUX ValentinOuiUn cadre est nécessaire pour aller dans cette direction; je soutiens donc cette proposition.
DUPONT ThérèseOui
DURAKU EdonOui
ECKERT PierreOui
EMERY-TORRACINTA AnneOui
EMONET SarahOui
ENILINE AlexanderOui
ESTEBAN DiegoOuiAttention: en ce qui concerne les interventions médicales propres à la transition (traitement hormonal, chirurgies...), il est vital que la loi pose des exigences claires sur le niveau de formation des médecins qui les pratiquent. Étant donné le faible degré de spécialisation du corps médical suisse en la matière, ce chantier sera probablement conditionné à une forte collaboration des milieux médicaux et des autorités fédérales en charge de la santé.
FABRE MichelOui
FISS JoëlleSous réservesOui, mais je ne sais pas ce que pourrait apporter une telle loi , et si ca servirait à la lutte contre les prejugés?
FORNI Jean-LucOui
FOURNIER NicolasOui
FRAMMERY ChloeOui
GANDER FlorianOui
GAVILANES AmandaOui
GEOFFROY EliasOui
GIANNASI AnthonyOui
GIORIA GaëlleOui
GOMEZ AlfonsoOui
GOSTOLI GérardSous réservesQuestion aussi délicate qui demande a être discutés par les parties concernés afin de décider en connaissance de cause.
HAAS FrançoisOui
HEBERLEIN SIMONETT ClaudiaNonJe trouve qu'il faut régler la question au niveau fédéral
HERREN YvesOui
HODGERS AntonioOui
HONEGGER HELLER ManuelaOui
INNOCENTI FlavioOui
JAUCH CarolineOui
JELK-PEILA AndréeOuiSans restriction
KAST Carole-AnneOuiJe suis totalement en faveur d'une telle loi, mais il me semble que celle-ci devrait être de droit fédéral (pour être valable).
KEEL ThéoOui
KLINGELE OlivierOui
KLOPFENSTEIN BROGGINI DelphineOui
KOKOT GuilhemOui
KÜNDIG RalphSous réserves
LAEMMEL-JUILLARD ValérieOui
LANGER ValérieOui
LANGFORD PiaOui
LAPALUD PatrickSous réserves
LATOUR SabineOui
LAURENT Pierre-AlainOui
LAVRADOR DIAS ClaudiaOui
LEFORT FrançoisOui
LEHNER LaurentOui
LEISER Jean-MarcSous réservesles assurances sociales fédérales devraient dans ce cas aussi suivre... il faudrait distinguer si les personnes sont déjà parent-e-s ou non
LEONELLI KatiaOui
LÜTHI BadiaOuiRespecter la volonté des personnes et leur choix est fondamental dans un pays démocratique
MACCHIAVELLI Marta JuliaOui
MAKOSSO WilliamOui
MARÉCHAL ChristopheOui
MARTENOT AudeOui
MARTI CarolineOui
MAZZONI NikitaOui
MEIERHOFER CharlotteOui
MEISSNER REYFER ChristinaSous réservesJ'espère que la loi prévue ne s'appellera pas comme ça car c'est compliqué :) Comme déjà écrit dans plusieurs de mes réponses, je ne pense pas que ce serait servir la cause LGBT que de faire des lois, formations spécifiques mais il faut absolument veiller à ce que dans les lois, formations, etc. incluent tout ce qui a trait à la thématique LGBT
MIZRAHI CyrilOui
MOYARD MIZRAHI SalimaOui
MÜLLER ABRAMOVICH FabienneOui
MÜLLER OlivierOui
MUSSA YounissOui
NICOLET-DIT-FÉLIX JulienOui
NICOLLIER PierreOuiComme indiqué ci-dessus, il faut protéger une personne qui se trouve dans cette situation de changement et donc un accompagnement est nécessaire. Cette question n'est pas assez complète pour pouvoir y répondre. L'auto-détermination seule ne me semble pas suffisante.
OVETT BONDI DaviniaOuiCela permettrait une dépathologisation des parcours des personnes trans*, indispensable selon nous. Le caractère obligatoire de la stérilisation doit absolument être abandonné.
ÖZDEMIR ElçimOui
PASCARELLA LouiseOui
PATEK SergeNon
PÉREZ MariaOui
PERLER FrédériqueOui
PROGIN ChristianSous réservesMes réserves sont liées à mes remarques précédentes.
QUIJANO GARCIA MariaOui
RANDEGGER AliceOui
REGAMEY MurielleOui
REOLON BrunoOuiSans aucun ajout d'autres commentaires.
RICCIARDI WERLEN JacquelineOuiPour peux que les psychiatres aient été préalablement et solidement formé.es.s aux questions de transition, je continue néanmoins à défendre un suivi et une expertise psy en cas de transition, au même titre que nombre d'autres opérations ou actes médicaux "lourds"
RIELLE Jean-CharlesOui
ROCH Ana BelenOui
ROCHAT YvanOui
ROMANO Maria-VittoriaOui
RYS AlexandraOui
SALERNO SandrineOui
SCHALK AntoineOuiOUI
SCHELLER GérardOui
SCHNEBLI TobiasOui
SHLYAPINA ElenaSous réserves
SOBANEK MarionOui
SOMMER MonikaOui
SONDEREGGER GabrielaOui
SOTOMAYOR AndréOuiL'accompagnement par une loi est indispensable pour que le processus de transformation voulu par la personne soit enfin pris en compte par les autorités et d'autres entités comme des assureurs, autres.
STAUB MartinOui
STEINER MatthieuOui
STRASSER LénaOui
TALEGHANI MajidOui
TCHAMKERTEN JolankaOui
THÉVOZ SylvainOui
THOMIAS LEDUC DianaOui
TINGUELY DominiqueOuiIl est important d'avoir un encadrement étatique pour éviter certaines dérives.
TOMBOLA Jean-PierreOuiIl faut un encrage légal.
TSCHUDI PalomaOui
VALENTINO StéphanieOui
VALIQUER GRECUCCIO NicoleOui
VAN WOERDEN WendyOui
VEIGA LÖFFEL DamianOui
VINCENT MichelOuiOUI. Cela permettrait une dé-pathologisation des parcours des personnes trans*, indispensable selon nous. Le caractère obligatoire de la stérilisation doit absolument être abandonné.
WAVRE RolinSous réservesLogiquement, réponse idem que ci-dessus.
WENGER ThomasOui
YOL DianaOui
YUNUS EBENER MaryamOui
ZACHARIS RonaldOui
ZAUGG CeciliaOui
ZAUGG ChristianOui
ZAUGG DanielOui
ZIMMERMANN OlivierOui
ZUBER-ROY CélineSous réserves