Elections 2018

Réponses

  1e. Êtes-vous en faveur d’une intégration des spécificités et vulnérabilités liées à la santé des femmes lesbiennes et bisexuelles dans les campagnes cantonales de prévention de santé?

191 réponses:
Non: 2%
 
Oui: 94%
 
Sous réserves: 3%
 
ALONSO UNICA ManuelOuiJe suis en faveur de l'intégration des spécificités liées à la santé des femmes lesbiennes et bisexuelles dans les campagnes cantonales de prévention de santé.
AMATO MauriceOui
AMSELLEM-OSSIPOW BénédicteOui
ANDENMATTEN DavidOui
APOTHÉLOZ ThierryOuiA l'image du Checkpoint pour les gays, les femmes lesbiennes et bisexuelles devraient pouvoir bénéficier d'un centre de santé spécifique afin d'intégrer leurs spécificités et vulnérabilités.
ARMAND CatherineOui
von ARX-VERNON Anne-MarieOuiCette reconnaissance de ces besoins aiderait les jeunes femmes concernées a avoir moins peur du regard des autres et se sentiraient renforcées dans leurs droits
BACHMANN DelphineOui
BAILAT ArianeOui
BANDLER MarkoOui
BAPTISTE BOCCARD DamienOui
BARRY ThiernoOui
BAUD OlivierOuiIl faut des campagnes adaptées, spécifiques, à tous les publics concernés, par et pour les personnes concernées.
BAVAREL ChristianOui
BELLINGERI Stefano-VitoOui
BENDA BenjaminOui
BÉNÉ JacquesOui
BLANCH PascalOui
BLANCHET MarjoOui
BONNY DidierOui
BONVIN BONFANTI AnneOuiLes femmes lesbiennes et bisexuelles sont effectivement plus discriminées dans le domaine de la santé et plus d'égalité passe forcément par une meilleure prise en compte de ce problème.
BORCARD AnneOui
BOSELLI GAUTHEY MonicaOui
BOSSHARD Pierre-YvesOui
BOURBALA DjamelOui
BOUVIER ChristineOui
BOUVIER JérémySous réservesS’il me paraît évident que les groupes à risque doivent être visés par les campagnes de prévention, l’intégration des spécificités de ces groupes ne doit néanmoins pas avoir pour conséquence de brouiller le message à destination du reste de la cible. J’y suis donc favorable mais avec mesure.
BRON Gilles-OlivierOui
BRUCHEZ ThomasOui
BUCHER DenisOuiOui dans la mesure où ça n'est pas contre-productif et que ça ne renforce pas les discriminations (en donnant une image négative d'une partie de la population).
BUENZOD ChristianOui
BUGNION Jean-MichelSous réservesPardonnez mon ignorance, mais quelles sont-elles et quels sont les risques spécifiques encourus?
BUI AuroreOui
BURKHARD RolandOui
BUSCHBECK MathiasOui
CALAME BorisOui
CALAME FabriceOui
CARASSO GrégoireOui
CERUTTI ThierryOuisi cela ne se fait pas déjà, c'est une évidence.
CHAKER MANGEAT AliaOui
CHAOUI LaïlaOui
CHÂTELAIN DimitriOui
CHAUDIEU AnneOui
CHEVALIER AlexandreOuiOui un ciblage spécifique est nécessaire
CHIARADONNA DenisOui
CHRISTINAT Jean-DavidOui
CLEMENCE NicolasSous réservesJe suis pour que des spécificités soient intégrées, mais pas qu'elles puissent être interprétées comme de la vulnérabilité (et donc discriminatoires ou créant des amalgames) dans des campagnes de communication.
CONCHA CeltiaOui
CONNE PierreOui
CORPATAUX LaurenceOuiPour être efficaces, les mesures doivent prendre compte les spécifiques du /des groupe-s cibles.
CREFFIELD ConradOuiMais la meilleure prévention consistera à la "normalisation" et l'acceptation de toutes les orientations.
DA CRUZ PERRET-GENTIL AnnaOui
DAL BUSCO SergeOuiJe suis favorable à des campagnes cantonales de prévention de santé qui prennent en compte les spécificités et vulnérabilités de tous les publics cibles.
DALPHIN MarcOui
DE CANDOLLE BeatrizOui
DE CHASTONAY MarjorieOuiOUi, il faut combler les manques actuels et éviter une double discrimination. Il faut casser les préjugés qui sont tenaces. Les conditions d’accueil et de prise en charge médicale de toute personne, quelle que soit son orientation sexuelle, doivent être respectueuses et de même qualité pour toute la population.
DE FELICE NicolasOuiLes spécificités et vulnérabilités des femmes lesbiennes et bisexuelles sont encore largement ignorées ou négligées. C'est pourtant un sujet important qu'il s'agit de traiter sans tabou.
DE KALBERMATTEN AlainOui
DE MATTEIS YvesOuiOui, l'importance du thème de la santé est clairement sous-évalué dans le cadre des politiques publiques concernant les personnes victimes de discriminations. Ce qui a été fait pour les hommes gays, bisexuels ou HSH aurait dû depuis longtemps être fait pour les femmes lesbiennes, bisexuelles et FSF.
DE ROUGEMONT PhilippeOui
DE SAINTE MARIE RomainOui
DECORVET ChristianOui
DELMENICO JanineOui
DEONNA EmmanuelOui
DEPRAETERE MANULIS GracielaOui
DESBIOLLES SophieOui
DESCOMBES IsabelleOuiIndispensable
DO REGO RicardoOui
DOUZALS JacquesOui
DUJOUX ValentinOuiJe pense que c'est important pour les femmes, mais aussi pour les aîné-e-s LGBT. Je soutiens donc totalement l'intégration des spécificités de publics particuliers dans les campagnes cantonales de prévention.
DUPONT ThérèseOui
DURAKU EdonOui
ECKERT PierreOui
ECUYER AnnickOuiOui, et également les femmes trans (lesbienne, bisexuelles, hétéros) qui sont trop souvent oubliées lors des campagnes de prévention bien que directement touchées.
EMERY-TORRACINTA AnneOui
EMONET SarahOuiOui, je suis pour qu’une loi régisse et fasse état de la fragilité des femmes lesbiennes / bisexuelles et qu’elles puissent bénéficier d’un soutien, d’une protection ainsi que de budgets spécifiques à leurs conditions .
ENILINE AlexanderOuiCela exige aussi, et surtout, le maintien et le développement d'un service public dans le domaine de la santé. Les HUG, tout particulièrement, ne peuvent pas raisonnablement faire toujours mieux avec moins. Il est urgent de revenir sur le coupes budgétaires, et donner aux campagnes de préventions les moyens adéquats
ESTEBAN DiegoOui
FABRE MichelOui
FISS JoëlleOui
FONTANET NathalieOuiIl est important que les campagnes de prévention soient le plus englobantes possible. Ainsi les spécificités et vulnérabilité particulières des femmes lesbiennes et bisexuelle doivent être intégrées de même que le maximum de spécificité et vulnérabilité d'autres minorités.
FORNI Jean-LucOui
FOURNIER NicolasOui
FRAMMERY ChloeOuiJ'y suis favorable et aimerais savoir quelles sont ces spécificités et vulnérabilités liées à la santé.
GANDER FlorianOui
GAVILANES AmandaOui
GEOFFROY EliasOui
GIANNASI AnthonyOui
GIANNELLI MarkOuiNous devons faire tout ce qui est possible afin d'améliorer les conditions de vie des personnes vulnérables. Les chiffres le démontrent clairement en ce qui concerne les femmes lesbiennes et bisexuelles, donc oui il est important d'intégrer ces spécificités dans les campagnes de prévention de santé.
GIORIA GaëlleOui
GOMEZ AlfonsoOui
GOSTOLI GérardOuioui,je pense plutôt que la communication liées à la santé doit bien ciblé les concernés.
HAAS FrançoisOui
HEBERLEIN SIMONETT ClaudiaOui
HERREN YvesOui
HODGERS AntonioOui
HONEGGER HELLER ManuelaOui
INNOCENTI FlavioOui
JAUCH CarolineOui
JELK-PEILA AndréeOui
KAST Carole-AnneOui
KEEL ThéoOui
KLINGELE OlivierOui
KLOPFENSTEIN BROGGINI DelphineOui
KOKOT GuilhemOui
LAEMMEL-JUILLARD ValérieOui
LANGER ValérieOui
LANGFORD PiaOui
LAPALUD PatrickSous réservesl'action ciblée ne me semble pas un priorité mais oui, à renforcer la prévention sur ce sujet
LATOUR SabineOui
LAURENT Pierre-AlainOui
LAVRADOR DIAS ClaudiaOui
LE JONCOUR-BRÜLHART CélineOui
LEFORT FrançoisOui
LEHNER LaurentOui
LEISER Jean-MarcOuitoutefois il ne faudrait pas stigmatiser non plus. tenir compte mais pas montrer du doigt ni générer un effet inverse à celui désiré.
LEONELLI KatiaOui
LÜTHI BadiaOuiJe pense que cela devrait concerner toutes les personnes sans distinction du genre
MACCHIAVELLI Marta JuliaOui
MAGNIN DanièleOuiD’après le texte que vous avez rédigé, ça paraît indispensable.
MAKOSSO WilliamOui
MARÉCHAL ChristopheOui
MARTENOT AudeOui
MARTI CarolineOui
MAZZONI NikitaOui
MEIERHOFER CharlotteOui
MEISSNER REYFER ChristinaOui
MÉNÉTREY YasmineOuiPlusieurs études relatives à la santé ont démontré qu'il y avait une cause à effet, donc il est important de sensibiliser la population sur ce problème.
MIZRAHI CyrilOui
MOYARD MIZRAHI SalimaOui
MÜLLER ABRAMOVICH FabienneOui
MÜLLER OlivierOui
MUSSA YounissOui
NICOLET-DIT-FÉLIX JulienOui
NICOLLIER PierreSous réservesJe pense que les programmes doivent être faits sans discrimination. Cela irait à l'encontre des objectifs principaux de dédiabolisation.
NOËL PhilippeOui
OCHARAN ROBLES RAPAZ EvaOui
ORSINI AntoineNon
OVETT BONDI DaviniaOuiIl faut des campagnes adaptées, spécifiques, à tous les publics concernés, en collaboration avec les personnes concernées.
ÖZDEMIR ElçimOui
PASCARELLA LouiseOui
PATEK SergeOui
PERADOTTO JulieOui après avoir lu l'article suivant pour m'informer d'un sujet que je connais peu, oui , absolument ! http://journals.openedition.org/gss/951?gathStatIcon=true&lang=en
PÉREZ MariaOui
PERLER FrédériqueOuiCe domaine souffre d'un déficit d'information et de sensibilisation auprès de la population concernée,et de la population en général, car il y a aussi des parents/familles qui ignorent ces spécificités et vulnérabilités ! Comment dès lors, en tant que parents/familles, contribuer à lutter contre la double discrimination que subissent les femmes lesbiennes et bisexuelles si elles ne sont pas intégrées dans les campagnes de prévention de santé ?
PROGIN ChristianOui
PUTALLAZ ThomasOui
QUIJANO GARCIA MariaOui
RANDEGGER AliceOui
REGAMEY MurielleOuiBen sûr mais à nouveau en prenant soin de ne pas stigmatiser plus que nécessaire.
REOLON BrunoOuiCela doit être traité en priorité, le phénomène est plus grave que celui déclaré et connu.
RICCIARDI WERLEN JacquelineOui...mais en tant que cis-hétéro j'avoue ne pas connaître tous les aspects de ces spécificités. Je ne manquerai pas de m'informer
RIELLE Jean-CharlesOuiJuste une petite remarque: on ne se prévient pas de la santé, on promeut la santé. D’où: Campagnes cantonales de prévention et de promotion de la danté.
ROCH Ana BelenOui
ROCHAT YvanOui
ROMANO Maria-VittoriaOuiJe me sens un peu mal à l'aise quand on parle d'une "prévention ciblée et active auprès des femmes lesbiennes et bisexuelles", car je trouve que les hommes homosexuels et bisexuels doivent en faire partie aussi. Quand j'écoute les jeunes dans la cours d'école, il utilise souvent "pédé" pour dénigrer un autre garçon qui ne rentre pas dans les schémas préétablis au sein de notre société (virilité). J'ai l'impression, peut-être tout à fait fausse, je le reconnais, que les femmes lesbiennes et bisexuelles sont moins "visibles" . Study: "This paper discusses the basis for differences among heterosexuals in their reactions to gay people, with special emphasis on the issue of gender differences. Three studies conducted with students at six different universities revealed a consistent tendency for heterosexual males to express more hostile attitudes than heterosexual females, especially toward gay men. The same social psychological variables appear to underlie both males’ and females’ attitudes toward both gay men and lesbians: religiosity, adherence to traditional ideologies of family and gender, perception of friends’ agreement with one's own attitudes, and past interactions with lesbians and gay men. The role of these variables in shaping attitudes is discussed and areas for future research are proposed. Construction and validation of the Attitudes Toward Lesbians and Gay Men (ATLG) scale are also described". (http://www.tandfonline.com/author/Herek%2C+Gregory+M)
RYS AlexandraOui
SALERNO SandrineOui
SCHALK AntoineOuiOUI! Leurs spécificités doivent être prises en compte. Pas seulement des femmes mais également des personnes trans* notamment
SCHELLER GérardNon
SCHNEBLI TobiasOui
SHLYAPINA ElenaNonJe suis une femme bisexuelle mais je ne comprends pas quelles sont mes spécificités et vulnérabilités sanitaires.
SOBANEK MarionOui
SOMMER MonikaNonLe but du mouvement associatif est juste de ne pas se distinguer, de faire avec sa particularité.
SONDEREGGER GabrielaOui
SOTOMAYOR AndréSous réservesTout renforcement visant à améliorer la santé et faire baisser les coûts doivent être mise en oeuvre, mais dans un cadre général, pour éviter les amalgames, avoir un budget commun serait plus facile et acceptable à gérer
SPAGNOLO SalvatoreOui
STAUB MartinOuiLa prévention doit être adaptée, notamment pour les femmes lesbiennes et bisexuelles.
STEINER MatthieuOui
STRASSER LénaOui
TALEGHANI MajidOui
TCHAMKERTEN JolankaOui
THÉVOZ SylvainOui
THOMIAS LEDUC DianaOuipourquoi pas? la santé est un sujet important et doit être le plus large possible!
TINGUELY DominiqueOuiIl est évident qu'il y a un déficit de prévention à destination des femmes.
TOMBOLA Jean-PierreOuiJe suis entièrement d'accord.
TSCHUDI PalomaOui
VALENTINO StéphanieOui
VALIQUER GRECUCCIO NicoleOuiOui clairement.
VEIGA LÖFFEL DamianOui
VINCENT MichelOuiOUI. Il faut des campagnes adaptées, spécifiques, à tous les publics concernés, par et pour les personnes concernées.
WAVRE RolinOuiOui, si c’est un problème. C’est une décision médicale et technique. Pour moi, ce n’est pas politique. Je n’ai en tous cas rien contre.
WENGER ThomasOui
YOL DianaOui
YUNUS EBENER MaryamOui
ZACHARIS RonaldOui
ZAUGG CeciliaOui
ZAUGG ChristianOui
ZAUGG DanielOui
ZIMMERMANN OlivierOui
ZUBER-ROY CélineOui