Réponses :: Elections 2018 :: Fédération genevoise des associations LGBT
Elections 2018

Réponses

2. Milieux professionnels

Les conclusions de l’étude «Être LGBT au travail» menée par l’Institut des Études Genre et la Fédération genevoise des associations LGBT montrent que les violences, les discriminations et les stéréotypes LGBT-phobes sont encore bien trop présents dans les milieux professionnels suisses, avec des conséquences négatives sur la santé des employé.e.s, sur l’égalité des chances et sur le climat de travail. Le Règlement pour l’égalité et la prévention des discriminations en raison du sexe, de l’orientation sexuelle et de l’identité de genre (REgal) prévoit des mesures pour prévenir et lutter contre les discriminations, les violences et les préjugés en raison du sexe, de l’orientation sexuelle et de l’identité de genre au sein de l’administration cantonale. Êtes-vous favorable à ce que l’État encourage les milieux professionnels privés et publics, notamment via l’OCIRT, à mettre en place des mesures dans leurs politiques internes visant à prévenir et à lutter contre les discriminations LGBT-phobes en contexte professionnel?

196 réponses:
Non: 0%
 
Oui: 96%
 
Sous réserves: 3%
 
ALONSO UNICA ManuelOuiTrès bonne idée l'OCIRT
AMATO MauriceOui
AMSELLEM-OSSIPOW BénédicteOui
ANDENMATTEN DavidOui
APOTHÉLOZ ThierryOuiIl faut soutenir les milieux professionnels dans leurs politiques internes. Ils en sont souvent demandeurs et il serait regrettable que l'Etat n'appuie pas pas toute mesure qui soit favorable à l'égalité femmes-hommes et à la lutte contre les discriminations LGBT-phobes.
ARMAND CatherineOui
von ARX-VERNON Anne-MarieOuiProposition de motion sous ma signature Anne Marie von Arx-Vernon Pour une meilleure protection des résidents LGBTQI en EMS Le GRAND CONSEIL de la République et canton de Genève considérant : – Que « tous les êtres humains sont égaux devant la loi » (art. 8, al. 1, Constitution fédérale, du 18 avril 1999) ; – Que « nul ne doit subir de discrimination du fait notamment de son origine, de sa situation sociale, de son orientation sexuelle, de ses convictions ou d’une déficience » (art. 15, al. 2, Constitution genevoise, du 14 octobre 2012) ; – Que le Conseil d’Etat a adopté, le 13 septembre 2017, un règlement applicable au sein de l’administration cantonale « pour l’égalité et la prévention des discriminations en raison du sexe, de l’orientation sexuelle et de l’identité de genre (REgal) (B 5 05.11) ; – Que l’homophobie n’est toujours pas reconnu comme un délit dans notre code pénal ; – Qu’il n’existe pas de statistiques officielles qui recensent les discriminations et agressions à caractère homophobe en Suisse ; – Que le personnel médico-social ne semble pas spécifiquement formé à la question LGBTQI en milieu institutionnel ; – Que les formations continues prévues pour le personnel médico-social ne semblent pas particulièrement attentives à cette nouvelle réalité en milieu institutionnel ; – Que bon nombre de personnes LGBTQI redoutent d’entrer en EMS de peur d’être discriminées, voire maltraités psychologiquement, physiquement ou sexuellement, du fait de leur orientation sexuelle ; – Que le nombre de personnes LGBTQI ayant plus de 65 ans s’élève à plus de 140'000 en Suisse ; – Que le nombre de potentiels futurs résidents LGBTQI à Genève s’élèvera aux environs de 4'000 à 8’000 ces 10 prochaines années. invite le Conseil d’Etat – à encourager auprès du milieu médico-social la création d’une formation continue à destination du personnel concerné afin que celui-ci soit plus précisément formé et sensibilisé à la réalité LGBTQI dans nos EMS et à ses implications pratiques sur le terrain. EXPOSÉ DES MOTIFS Mesdames et Messieurs les députés, La population homosexuelle suisse est estimée à 10% parmi lesquels on retrouve plus de 140'000 personnes LGBTQI de plus de 65 ans. Nous assistons depuis quelques temps déjà à l’entrée dans le 3ème âge de la première génération du baby-boom, celle du coming-out, qui s’est battue pour ses droits, notamment celui de vivre librement son identité sexuelle. Se pose alors les personnes LGBTQI proches de la retraite, ou déjà retraités, de l’entrée en EMS. Parmi les solutions proposées, l’association zurichoise « QueerAltern » s’est donnée pour mission de mettre en place un EMS spécifiquement réservé aux LGBTQI et résidents tolérants, à l’exemple de la maison de la diversité à Berlin (Haus der Viefalt) et de plusieurs autres EMS ou maisons de soins LGBTQI comme en Belgique, en Espagne, au Canada ou encore aux Etats-Unis Sans surprise, l’objectif de ces espaces de vie est évident : permettre à chacun de pouvoir continuer à vivre librement sa sexualité, sans avoir à se cacher ni à se justifier ; échapper aux établissements largement « hétéronormés », où le risque d’isolement et d’exclusion de la part des proches, des soignants ou des autres résidents est réel. Aussi bienveillante soit-elle, cette solution reste une solution de repli. C’est pourquoi, cette proposition de motion se veut une alternative positive aux risques volontaires ou non d’isolement en invitant le Conseil d’Etat « à encourager auprès du milieu médico-social la création d’une formation continue à destination du personnel concerné afin que celui-ci soit plus précisément formé et sensibilisé à la réalité LGBTQI dans nos EMS et à ses implications pratiques sur le terrain ». L’objectif est de privilégier le bien-être des résidents LGBTQI en formant le personnel aux besoins spécifiques de la communauté, afin d’enrayer les risques de discrimination et d’exclusion. Face à la réticence de certains seniors LGBTQI d’être ouvertement out en EMS par pudeur, par peur du rejet ou des discriminations, une prise de conscience nous apparaît urgente pour sensibiliser le personnel soignant à la question de la fin de vie pour les personnes LGBTQI afin qu’elles aient droit aux mêmes égards, à la même considération et au même respect que n’importe quel autre résident. Aussi, Mesdames et Messieurs les députés, nous vous remercions du soutien que vous voudrez bien porter à cette proposition de motion.
BACHMANN DelphineOui
BAILAT ArianeOui
BANDLER MarkoOui
BAPTISTE BOCCARD DamienOui
BARRY ThiernoOui
BAUD OlivierOuiLes services de l'Etat, mais également pour les secteurs privés, doivent mettre en place de telles mesures. L’Etat devrait conditionner l’octroi de subventions et d’aides financières à la signature de chartes allant dans ce sens et offrir des possibilités de formations aux acteurs privés et associatifs afin de lutter contre les LGBTI-phobies.
BAVAREL ChristianOui
BELLINGERI Stefano-VitoOui
BENDA BenjaminOui
BÉNÉ JacquesOui
BLANCH PascalOuiOui, il faut éviter tout type de discrimination et encourager les différents acteurs à aller dans ce sens.
BLANCHET MarjoOui
BONNY DidierOui
BONVIN BONFANTI AnneOuiL'Etat devrait déjà améliorer sa politique interne, comme le fait la Ville de Genève, mais aussi sensibiliser les entreprises
BORCARD AnneOui
BOSELLI GAUTHEY MonicaOui
BOSSHARD Pierre-YvesOui
BOURBALA DjamelOui
BOUVIER ChristineOui
BOUVIER JérémyOuiOui, j’y suis favorable. Je crois que les programmes internes des sociétés privées visant à prévenir et lutter contre les discriminations, notamment celles liées au sexe, à l’orientation sexuelle ou à l’identité de genre sont parties intégrantes de la responsabilité sociale des entreprises. A cet égard, le lien entre RSE et résultat que font certains universitaires comme M. E. Porter et M. R. Kramer me semble constituer un incitatif intéressant.
BRON Gilles-OlivierOui
BRUCHEZ ThomasOui
BUCHER DenisOuiSachant tout de même que l'essentiel des gens travaillent dans des PME et que les "politiques internes" ça n'existe que dans quelques rares grosses entreprises. Il s'agit donc aussi de proposer qqch pour les PME... Une formation proposée à l'OCIRT parmi leurs autres formations, me semblerait une bonne chose en effet car elle serait accessible (vu que leurs excellentes formations sont gratuites) à toutes et tous.
BUENZOD ChristianOui
BUGNION Jean-MichelOui
BUI AuroreOui
BURKHARD RolandOui
BUSCHBECK MathiasOui
CALAME BorisOui
CALAME FabriceOui
CARASSO GrégoireOuiOui, l'action publique au sens large (voire commentaire 1c.) doit être prolongée par les milieux professionnels privés, publics et semi-publics.
CERUTTI ThierryOuiMAIS, uniquement si les mesures sont préventives et que les objectifs vont dans un but d'informer.
CHAKER MANGEAT AliaOui
CHAOUI LaïlaOui
CHÂTELAIN DimitriOui
CHAUDIEU AnneOui
CHEVALIER AlexandreOuiOui c'est un manque évident aujourd'hui au niveau professionnel
CHIARADONNA DenisOui
CHRISTINAT Jean-DavidOui
CLEMENCE NicolasOuiCela passe notamment par l'établissement d'un genre neutre administrativement, et la sensibilisation aux questions de genre des fonctionnaires RH dans les services de l'Etat.
CONCHA CeltiaOui
CONNE PierreOui
CORPATAUX LaurenceOuiSelon la loi, l'employeur doit mettre en place des mesures pour prévenir et lutter contre toutes formes de discrimination en milieu professionnel. Par conséquence, l'Etat doit encourager les employeurs par tous les moyens pour faire respecter la loi.
CREFFIELD ConradOui
DA CRUZ PERRET-GENTIL AnnaOui
DAL BUSCO SergeOuiLes valeurs et principes RH de l’institution publique n’autorisent aucune discrimination de ce type. La charte des valeurs pour les RH de l’Etat dit la chose suivante « La reconnaissance de la diversité constitue aussi une forme de respect qui s'exprime par le traitement approprié des situations particulières dans le cadre des lois et des règlements et de l'acceptation des caractéristiques propres des individus et des services. Plus particulièrement, tout sera mis en œuvre en vue d'éliminer toute forme de discrimination relative au sexe, à l'orientation sexuelle, à l'identité de genre ou à l'origine d'un-e collaborateur-trice». C’est donc sur les mentalités qu’il faut agir, non seulement à l'Etat mais également dans les milieux privés.
DALPHIN MarcOui
DE CANDOLLE BeatrizOui
DE CHASTONAY MarjorieOuiOui en contexte professionnel et à l'embauche. On peut aussi Intégrer les critères gays et lesbiennes dans les principes d’égalité des chances à l’embauche et à la promotion. Les principes d’égalité des chances à l’embauche et à la promotion sont par définition mis en place pour permettre à toutes les personnes, minorisées ou non, discriminées d’accéder au marché du travail afin de trouver place dans la société et en plus de s’intégrer, de gagner en autonomie. Exclure du marché du travail des personnes en raison de leur orientation sexuelle est de la discrimination ! Idem en contexte professionnel.
DE FELICE NicolasOuiL'Etat doit être en mesure non seulement d'encourager, mais même d'obliger, les milieux professionnels et publics à cesser les discriminations LGBT-phobes qui sont hélas nombreuses.
DE KALBERMATTEN AlainOui
DE MATTEIS YvesOuiOui, et c'est d'ailleurs la prochaine motion que je compte déposer dans les semaines qui viennent. Par contre, je pense que de telles mesures, pour être vraiment efficaces, ne devraient pas se limiter à l'orientation sexuelle ou à l'identité de genre, mais devraient s'étendre à d'autres motifs de discriminations, ne serait-ce que parce que les LGBTIQ peuvent aussi être victimes d'autres discriminations. Par exemple, les femmes lesbiennes sont AUSSI victimes de discriminations en tant que femmes. Et elles sont même victimes à tripe titre si elles sont par exemple étrangères, membres de minorités ethniques ou religieuses, en situation de handicap, etc.
DE ROUGEMONT PhilippeOui
DE SAINTE MARIE RomainOui
DECORVET ChristianOuiDans toutes les entreprises ou j'ai travaillé je n'ai jamais rencontré une discrimination. toutefois je ne suis pas naïf et je sais que cela existe. De ma part ma fonction de responsable d'une centrale des achats d'une régie publique, j'intègre des aspects sociétaux que les soumissionnaires doivent appliquer (ex. obligation d'être à jour avec la LPP) ou peuvent revaloriser (ex. equal salary). On pourrait très bien délivrer un label genevois (comme le label "1+ pour tous" aux entreprises qui jouent le jeu et le revaloriser lors des appels d'offres publics. Cela permettrait de donner une bonne visibilité à votre cause récompensera les entreprises qui le font et encouragera certaines à se lancer pour avoir un avantage concurrentiel. Le secteur du BTP est très concurrentiel, souvent cela se joue à peu pour attribuer un mandat. Imaginez que les entreprises BTP ayant votre label décrochent plus souvent des mandats publics que les autres. Je suis à dispo si vous voulez approfondir la question.
DELMENICO JanineOui
DEONNA EmmanuelOui
DEPRAETERE MANULIS GracielaOui
DESBIOLLES SophieOui
DESCOMBES IsabelleOui
DO REGO RicardoOui
DOUZALS JacquesOui
DUJOUX ValentinOuiEtant donné qu'un-e employé-e qui travaille dans un environnement serein libèrera son talent et de l'énergie positive, une telle démarche est indispensable. Le monde du travail représente une partie non négligeable de notre quotidien et notre comportement ne devrait pas y être différent. Je pense aussi à tous les jeunes LGBT qui découvrent le monde du travail par des stages, leur apprentissage ou leur premier emploi doivent pouvoir savoir qu'ils développeront leur talent dans un environnement serein.
DUPONT ThérèseOui
DURAKU EdonOui
ECKERT PierreOui
ECUYER AnnickOuiOui, notamment en adoptant une charte et en mettant des procédures en place dans le règlement interne.
EMERY-TORRACINTA AnneOui
EMONET SarahOuiOui, dans le cadre d’une campagne de prévention .
ENILINE AlexanderOui
ESTEBAN DiegoOuiÀ cet égard, un bon pas en avant serait l'extension de la loi fédérale sur l'égalité aux problématiques LGBT*IQ, et non pas simplement aux questions d'égalité femmes-hommes (ce d'autant plus que cette loi participe à la suprématie de notre société binaire hommes-femmes, un modèle qu'il nous faut au contraire déconstruire absolument!).
FABRE MichelOuiEt de manière plus générale luter contre toute forme de discrimination dans le contexte professionnel
FISS JoëlleOui
FONTANET NathalieOuiLes discriminations sous toutes leurs formes doivent être combattues, y compris la lutte contre les discriminations LGBT-phobes. Les mesures mises en place par les milieux professionnels doivent ainsi inclure ces dernières
FORNI Jean-LucOuidoit être pris en compte et mis en place via les RH des entreprises
FOURNIER NicolasOui
FRAMMERY ChloeOui
GANDER FlorianSous réservesNous pouvons et cela est déjà fait dans le millieux publics. Il est beaucoup plus difficile de contraindre les employeurs privés.
GAVILANES AmandaOui
GEOFFROY EliasOui
GIANNASI AnthonyOui
GIANNELLI MarkOuiMes précédentes expériences professionnelles à l'étranger, notamment pour des sociétés américaines, étaient très positives en ce qui concerne le multi-culturalisme et la diversité qui étaient considérées comme une richesse. Par contre mon expérience au sein d'une entreprise suisse n'ont pas été aussi positives et c'est la raison pour laquelle je suis persuadé que toute organisation devrait favoriser de une meilleure culture. Cela passe notamment par la mise en place de procédures par les Ressources Humaines et de campagne de sensibilisation auprès de tous les employés.
GIORIA GaëlleOui
GOMEZ AlfonsoOuiSelon le climat professionnel qui les entoure, face à la peur d’être discriminées, les employées LGBT doivent souvent adopter des stratégies d’anticipation ou d’adaptation qui sont sources de stress, avec une incidence évidente sur le bien-être et la motivation au travail. La difficulté pour les personnes LGBT à être elles-mêmes dans leur cadre professionnel, à parler de leur vie privée ou familiale avec leurs collègues est primordiale.
GOSTOLI GérardOuioui, car il est important d'avoir le respect des personnes qui doivent être jugé sur leurs travail et ses compétences et non sur son orientation sexuel.
HAAS FrançoisOui
HEBERLEIN SIMONETT ClaudiaOui
HERREN YvesOuiessentiel
HODGERS AntonioOui
HONEGGER HELLER ManuelaOui
INNOCENTI FlavioOui
JAUCH CarolineOui
JELK-PEILA AndréeOuiL'ignorance étant source de discrimination, il est indispensable de mettre en place des mesures politiques pour la combattre.
JUD PhilippeOui
KAST Carole-AnneOui
KEEL ThéoOui
KLINGELE OlivierOui
KLOPFENSTEIN BROGGINI DelphineOui
KOKOT GuilhemOui
KÜNDIG RalphOui
LAEMMEL-JUILLARD ValérieOui
LANGER ValérieOui
LANGFORD PiaOui
LAPALUD PatrickOuitoutes discriminations
LATOUR SabineOui
LAURENT Pierre-AlainOui
LAVRADOR DIAS ClaudiaOui
LE JONCOUR-BRÜLHART CélineOui
LEFORT FrançoisOui
LEHNER LaurentOuiTant qu’une personne sera jugée pour autre chose que la qualité de son travail ou de ses expériences professionnelles, la mise en place d’une politique interne visant à prévenir et à lutter contre les discriminations LGBT-phobes sera malheureusement essentielle. Des préventions en matière de harcèlement sexuel ou de mobbing dans le milieu du travail existant déjà, rien ne doit s’opposer à ce que telles préventions soient également mises en place contre les discriminations LGBT-phobes.
LEISER Jean-MarcOui
LEONELLI KatiaOui
LÜTHI BadiaOuiCette problématique ne doit plus être ignorée par les autorités. Il est temps que ces derniers prennent en considération les souffrances engendrées aux personnes concernées. La mise en place des mesures dans le milieu professionnel peut contribuer à la sensibilisation et la lutte contre la discrimination.
MACCHIAVELLI Marta JuliaOui
MAGNIN DanièleOui
MAKOSSO WilliamOui
MARÉCHAL ChristopheOui
MARTENOT AudeOui
MARTI CarolineOui
MAZZONI NikitaOui
MEIERHOFER CharlotteOui
MEISSNER REYFER ChristinaOuiOui dans la même proportion que pour la lutte contre d'autres discriminations
MÉNÉTREY YasmineOuiIl est important que chaque personne qui a fait son choix sur son orientation sexuelle puisse bénéficier d'une protection et d'une écoute dans le milieu professionnel sans être jugé.
MESSERLI Marie-ClaireSous réservesje ne pense pas que l Etat doit intervenir et imposer aux entreprises.l intelligence d un chef d 'entreprise est à mon sens le seul paramètre.
MEYER DE STADELHOFEN PhilippeOui
MIZRAHI CyrilOui
MOYARD MIZRAHI SalimaOui
MÜLLER ABRAMOVICH FabienneOui
MÜLLER OlivierOui
MUSSA YounissOuiLes discriminations LGBTIQ-phobes ne sont pas seulement dans la rue ou institutionnelle, elles sont bien présentes dans les milieux professionnels. C'est dans ce contexte privé qu'elles sont encore plus difficiles à observer, puis dénoncer. C'est à l'Etat d'encourager des politiques internes.
NICOLET-DIT-FÉLIX JulienOuiOn peut même imaginer que cela devienne une contrainte, en particulier dans les entreprises d'une certaine taille et dans les branches les plus exposées à ce genre de discriminations.
NICOLLIER PierreOuioui, tout comme pour la discrimination homme-femme.
NOËL PhilippeOui
OCHARAN ROBLES RAPAZ EvaOui
ORSINI AntoineNon
OVETT BONDI DaviniaOuiIl faut mettre sur pied un guide des bonnes pratiques pour les services de l'Etat mais également pour le secteur privé. L’Etat doit conditionner l’octroi de subventions et d’aides financières à la signature de chartes allant dans le même sens et offrir des possibilités de formations gratuites aux acteurs privés et associatifs afin de lutter contre les discriminations LGBTIQ-phobes.
ÖZDEMIR ElçimOui
PASCARELLA LouiseOuicontre toute les discriminations en général
PATEK SergeOui
PERADOTTO JulieOui
PÉREZ MariaOui
PERLER FrédériqueOuiAbsolument !
PROGIN ChristianOui
PUTALLAZ ThomasOui
QUIJANO GARCIA MariaOui
RANDEGGER AliceOui
REGAMEY MurielleSous réservesJ'incluerai ce thème dans le thème plus général pour l'égalité de tous et toutes dans le contexte professionnel, quant à l'orientation sexuelle, elle n'a rien à voir avec les compétences professionnelles. L'Etat se doit d'ailleurs de montrer l'exemple.
REOLON BrunoOuiOUI! SANS AUCUN AUTRE COMMENTAIRE.
RICCIARDI WERLEN JacquelineOuiCela me semble essentiel
RIELLE Jean-CharlesOui
ROCH Ana BelenOui
ROCHAT YvanOuiUn des éléments importants de ce type de mesure est de les mettre en place en tenant compte de leur taille et de leur capacité d'action. De mon expérience, l'ocirt n'est pas toujours adapté à cette modularité.
ROMANO Maria-VittoriaOuiA nouveau les mesures seules ne seront pas assez efficaces, si il n'y a pas une véritable culture du changement.
ROULIN ClaudeOui
RYS AlexandraOuiToute la difficulté réside dans le temps que cela demande aux entreprises. Il faut que les mesures et leur mise en oeuvre soient suffisamment légères pour ne pas être un frein et suffisamment significatives, pour ne pas rester dans le déclaratoire.
SALERNO SandrineOuiLa Ville de Genève a développé ce type d'actions à l'interne de son administration et soutenu les réflexions et projets des associations dans ce domaine.
SCHALK AntoineOuiOUI! Cela va de soi. Les campagnes doivent cependant être intersectionnelles et non se limiter aux discriminations LGBTQIA+ mais comprendre les luttes contres les inégalités de genre, le racisme etc.
SCHELLER GérardOui
SCHNEBLI TobiasOui
SHLYAPINA ElenaSous réservesidem, il faut lutter contre toute sorte des discriminations
SOBANEK MarionOui
SOMMER MonikaOui
SONDEREGGER GabrielaOui
SOTOMAYOR AndréSous réservesDans le public, il y a des réglements qui sont bien suivis et surtout avec la mise en place des cours de sensibilisation des cadres et dans les ressources humaines. Dans le privé, l'OCIRT ne dispose pas des moyens en hommes et ils faudraient engager d'autres spécialistes en plus des tâches dévolus à leur dicastère. On voit avec les prud'hommes et les syndicats qu'il est difficile de poivoir obliger un employeur à un consensus. A moins d'avoir une loi au niveau fédéral et des réglements cantonaux où que cela soit négociée dans les CCT, il me paraît incertain de mettre en place cette mesure, telle que décrite en l'état.
SPAGNOLO SalvatoreOui
STAUB MartinOuiCes questions sont trop souvent méconnues.
STEINER MatthieuSous réservesVoir 1a
STRASSER LénaOui
TALEGHANI MajidOui
TCHAMKERTEN JolankaOui
THÉVOZ SylvainOui
THOMIAS LEDUC DianaOuiIl me semblait que cela était déjà en place! mais je pense pas encore appliquer
TINGUELY DominiqueOuiEvidemment. Et même des sanctions en cas de discrimination avérée.
TOMBOLA Jean-PierreOuiIl faut prendre des mesures de prévention tout azimut. Il ne faut pas baisser la garde ou faire croire que tout est rose. Il faut envourager les acteurs à agir et prévenir. Mieux vaut prévenir que guérir.
TSCHUDI PalomaOui
VALENTINO StéphanieOui
VALIQUER GRECUCCIO NicoleOuiVia l'OCIRT notamment, mais également via le BPEV et associations actives, en ne négligeant pas non plus la formation des personnes susceptibles de mettre en oeuvre ces politiques.
VEIGA LÖFFEL DamianOui
VINCENT MichelOuiOUI. Il faut mettre sur pied un guide des bonnes pratiques pour les services de l'Etat mais également pour les secteurs privés. L’Etat doit conditionner l’octroi de subventions et d’aides financières à la signature de chartes allant dans le même sens et offrir des possibilités de formations gratuites aux acteurs privés et associatifs afin de lutter contre les LGBTI-phobies.
WAVRE RolinOuiOui, comme les autres discriminations. Avec leurs particularités. Sensibilisation de l’OCIRT pour commencer ?
WENGER ThomasOui
YOL DianaOui
YUNUS EBENER MaryamOui
ZACHARIS RonaldOui
ZAUGG CeciliaOui
ZAUGG ChristianOui
ZAUGG DanielOui
ZIMMERMANN OlivierOui
ZUBER-ROY CélineOui