Elections 2018

Réponses

3. Création d’un Centre d’écoute des victimes de LGBT-phobies

Depuis mai 2013, l'État de Genève finance un Centre d'écoute et d'aide destiné aux victimes du racisme, centre coordonné par l'ensemble des associations de lutte contre le racisme. Êtes-vous en faveur de la création d’un tel centre concernant les discriminations liées à l'orientation sexuelle et/ou à l'identité de genre, financé par les pouvoirs publics et qui serait géré par la Fédération genevoise des associations LGBT et ses associations membres?

194 réponses:
Non: 3%
 
Oui: 85%
 
Sous réserves: 11%
 
ALONSO UNICA ManuelOuioui
AMATO MauriceOui
AMSELLEM-OSSIPOW BénédicteOui
ANDENMATTEN DavidOui
APOTHÉLOZ ThierryOuiUn tel centre permettrait de faire remonter les problématiques saillantes à l'égard des LGBT et d'adapter les politiques publiques concernées aux enjeux actuels. Une collaboration avec les autres centres d'écoute serait à étudier.
ARMAND CatherineOui
von ARX-VERNON Anne-MarieOuiC'est une évidence
BACHMANN DelphineOui
BAILAT ArianeOui
BANDLER MarkoOui
BAPTISTE BOCCARD DamienOui
BARRY ThiernoOui
BAUD OlivierOuiCette méthode fonctionne avec le centre d'écoute contre le racisme. L'Etat doit œuvrer à la mise en place d’un tel centre, en collaboration avec les milieux associatifs – qui ont des services existant déjà dans le domaine –, et en assurer le financement.
BAVAREL ChristianOui
BELLINGERI Stefano-VitoOui
BENDA BenjaminOui
BÉNÉ JacquesSous réservesSi structure coordonnée avec d'autres centres pour des questions de rationnalisation
BLANCH PascalSous réservesOui, il reste toujours les questions du comment et du combien. Je ne savais pas qu'il existait un tel centre pour les victimes de racisme. Maintenant ces centres doivent également être tenus de faire faire des statistiques afin de mieux orienter des éventuelles actions dont vous parlez dans les questions ci-dessus.
BLANCHET MarjoOui
BONNY DidierOui
BONVIN BONFANTI AnneOuiIl faut lutter contre tout type de discriminations: raciales, de genre et liées à l'orientation sexuelle. Elles fonctionnent sur le même mode et doivent être combattues de la même manière.
BORCARD AnneOui
BOSELLI GAUTHEY MonicaOui
BOSSHARD Pierre-YvesOui
BOURBALA DjamelOui
BOUVIER ChristineOui
BOUVIER JérémyOuiSur le principe, j’y suis favorable.
BRON Gilles-OlivierOuiSe pose néanmoins la question si un même centre ne pourrait pas s'occuper de toutes les discriminations (racisme, LGBTIQ, handicap, etc.), ne serait-ce que pour une rationalisation des coûts si un tel centre devait être financé à 100% par les pouvoirs publics.
BRUCHEZ ThomasOui
BUCHER DenisOuiJe suis entièrement pour, comme je l'étais en 2013. Dommage que les élus en 2013 ne l'aient pas mis en place.
BUENZOD ChristianOui
BUGNION Jean-MichelSous réservesTout dépend de l'importance de ce centre; ok, s'il s'agit d'un lieu d'écoute et de conseils. Pas d'acord pour une lourde structure.
BUI AuroreOui
BURKHARD RolandSous réserves
BUSCHBECK MathiasOui
CALAME BorisSous réservesPourquoi ne pas les regrouper ?
CALAME FabriceOui
CARASSO GrégoireOui
CERUTTI ThierryNonCela ferait doublon avec ce qui existe déjà et qui fonctionne très bien.
CHAKER MANGEAT AliaSous réservesOui sur le principe, financement à évaluer au préalable.
CHÂTELAIN DimitriOui
CHAUDIEU AnneOui
CHEVALIER AlexandreOuiOui seules les associations sont en mesure de gérer au mieux cette question
CHIARADONNA DenisOui
CHRISTINAT Jean-DavidOui
CLEMENCE NicolasOui
CONCHA CeltiaOui
CONNE PierreOui
CORPATAUX LaurenceOuicf. commentaire 1b
CREFFIELD ConradSous réservesOui, mais avec une transparence quand à la mission et objectifs, et un budget également transparent.
DA CRUZ PERRET-GENTIL AnnaOui
DAL BUSCO SergeOui
DALPHIN MarcOui
DE CANDOLLE BeatrizOui
DE CHASTONAY MarjorieOuiCela serait utile pour libérer la parole et mieux identifier les discriminations subies, à une plus grande échelle.
DE FELICE NicolasOuiToute forme de discrimination se doit d'être écoutée, et un centre d'écoute est tout à fait qualifié pour cela.
DE KALBERMATTEN AlainSous réserves
DE MATTEIS YvesOuiOui, et c'est ce que demande aussi la motion M-2304, qui demande "à financer, à l’intention des personnes victimes de discriminations basées sur l’orientation sexuelle ou l’identité de genre, un dispositif similaire à celui demandé par la Confédération à destination des personnes victimes, témoins ou auteurs d’actes de racisme, et incluant un poste d’au moins 30%". Par ailleurs, il y a quelques années, j'avais initié un embryon de centre de conseil juridique (pour les couples binationaux) dans une association membre de la fédération. J'ai pu voir l'efficacité de tels centres puisque j'ai eu l'occasion de mettre en place, pour l'Etat, l'actuel Centre d'écoute des victimes de racisme (CECR). Un tel centre est nécessaire, et doit être financé, comme le CECR, par l'Etat de Genève dont c'est la tâche (tâche régalienne). Par contre, comparativement au CECR, il serait peut-être utile d'élargir ses tâches pour inclure aussi une prise en compte des préjudices visant non seulement des personnes individuelles, mais les catégories de personnes. Une veille médiatique serait également importante. En résumé, le Centre devrait aussi jouer le rôle d'observatoire, également pour tirer des conclusions sur l'évolution de la situation des stéréotypes, préjugés, discriminations et violences. L'apport scientifique concernant les thèmes liés à l'orientation sexuelle et à l'identité de genre (OSIG) devrait être favorisé et promu.
DE ROUGEMONT PhilippeOui
DE SAINTE MARIE RomainOui
DECORVET ChristianOuiJe suis pour, qui doit le faire je n'ai pas d'avis mais cela doit se faire par des gens compétents.
DELMENICO JanineOui
DEONNA EmmanuelOui
DEPRAETERE MANULIS GracielaOui
DESBIOLLES SophieOui
DESCOMBES IsabelleOui
DO REGO RicardoOuiJe suis même favorable à une grande plateforme unifiée d'aide et de soutien aux victimes, gérée par plusieurs associations et fédérations actives dans la lutte contre les discriminations afin de regrouper les ressources et élargir une telle structure à tous.
DOUZALS JacquesOui
DUJOUX ValentinOuiParce qu'écouter peut sauver. Je soutiens une telle démarche pour que chaque jeune puisse avoir un lieu où il/elle se sente écouter et puisse exister. Peu importe les difficultés rencontrées dans son environnement familial.
DUPONT ThérèseOui
DURAKU EdonOui
ECKERT PierreOui
ECUYER AnnickOuiLes personnes LGBT sont confrontées à des violences spécifiques, et doivent jongler souvent avec des structures inappropriées, et faire face à des préjugés lorsqu'elle recherchent du soutien.
EMERY-TORRACINTA AnneOui
EMONET SarahOuiIl est impératif que des ce types de centres permettants aux victimes de se reconstruire, bénéficient de d’in financement de l’État. Il s’agis de la protection de nos citoyens . Les LBGT ne sont pas des citoyens de deuxième zone et doivent pouvoir compter sur nos institutions pour les protéger, les accompagner et les soutenir dans leurs démarches .
ENILINE AlexanderOui
ESTEBAN DiegoOui
FABRE MichelSous réservesArgent public implique une forme de co-gestion
FISS JoëlleOuiJe suis en faveur d'un centre d'écoute des victimes de LGBT-phobies, mais je préfère que ce soit en "mainstreaming" avec toutes les autres victimes du racisme ou de discriminations. La meilleure façon d'aborder cette haine anti-LGBT, est de la considérer comme une forme inacceptable de discrimination, à titre formel, comme les autres formes de discrimination. Cela étant dit, il faut des services qui soient à l'écoute de problèmes particuliers que vivent les personnes LGBT aussi.
FONTANET NathalieSous réservesDes partenariats devraient être trouvés afin que le centre d'écoute existant puisse également recevoir des appels de victimes de discriminations liées à l'orientation sexuelle et /ou de genre. Bien entendu avec la participation de la fédération genevoise des associations LGBT.
FORNI Jean-LucOuiau même titre que cela existe déjà pour d'autres catégories de populations vulnérables.
FOURNIER NicolasSous réserves
FRAMMERY ChloeOui
GAVILANES AmandaOui
GEOFFROY EliasOui
GIANNASI AnthonyOui
GIANNELLI MarkOuiOui mais pourquoi ne pas intégrer les discriminations faites aux personnes LGBTI au racisme. Pour moi toutes les victimes devraient pouvoir se tourner auprès d'un seul centre.
GIORIA GaëlleOui
GOMEZ AlfonsoOui
GOSTOLI GérardOuioui, si les association contre le racisme on un centre d appelle,je pense que l association LGBT doit en avoir aussi un sinon cela est discriminatoire pour moi. (Ou pourquoi pas centralisé insensible?).
HAAS FrançoisOui
HEBERLEIN SIMONETT ClaudiaOui
HERREN YvesOui
HODGERS AntonioOui
HONEGGER HELLER ManuelaOui
INNOCENTI FlavioOui
JAUCH CarolineOui
JELK-PEILA AndréeOuiNous vivons dans une société discriminante: des actions spécifiques à chaque type de discrimination doivent être mises en place par l'Etat: c'est là une de ses tâches essentielles.
KAST Carole-AnneOuiFavorable sur le principe, les modalités doivent être discutées.
KEEL ThéoOui
KLINGELE OlivierOui
KLOPFENSTEIN BROGGINI DelphineOui
KOKOT GuilhemOui
KÜNDIG RalphOui
LAEMMEL-JUILLARD ValérieOui
LANGER ValérieOui
LANGFORD PiaOui
LAPALUD PatrickSous réservesne peut-on pas intégrer ses problématique à un centre d'écoute déjà existant ?
LATOUR SabineOui
LAURENT Pierre-AlainOui
LAVRADOR DIAS ClaudiaOui
LE JONCOUR-BRÜLHART CélineOui
LEFORT FrançoisSous réserves
LEHNER LaurentOuiUn tel centre pouvant éventuellement également être rattaché à une institution déjà existante.
LEISER Jean-MarcOui
LEONELLI KatiaOui
LÜTHI BadiaOuiLa création d’un centre offrira une prise en charge de cette population d’une manière adéquate. Le pouvoir publique devrait être sensible à cette question.
MACCHIAVELLI Marta JuliaOui
MAGNIN DanièleOui
MAKOSSO WilliamOui
MARÉCHAL ChristopheOui
MARTENOT AudeOui
MARTI CarolineOui
MAZZONI NikitaOui
MEIERHOFER CharlotteOui
MEISSNER REYFER ChristinaSous réservesA nouveau, je souhaite des financements mixtes pour toute action ou structures. Et il faut que les divers centres se parlent et coordonnent leurs actions sachant que l'on peut être victime de plusieurs discriminations à la fois.
MÉNÉTREY YasmineOuiEn 2013,'Etat de Genève a financé un centre d'écoute pour les victimes de racisme. De ce fait, il est normal que l'Etat rentre en matière concernant un centre d'écoute aux victimes de LGBT-phobies.
MESSERLI Marie-ClaireSous réserves
MEYER DE STADELHOFEN PhilippeOuiA discuter qui fait quoi.
MIZRAHI CyrilOui
MOYARD MIZRAHI SalimaOui
MÜLLER ABRAMOVICH FabienneOuiEn cas de souffrances dues à des agressions et des injustices, la parole et l'échange permettent du lien avec les autres et agit sur la reconstruction personnelle. Notre société doit veiller à la sécurité de toutes personnes victimes de violences.
MÜLLER OlivierOui
MUSSA YounissOuiIl est crucial d'avoir une ligne téléphonique concernant les discriminations liées à l'orientation sexuelle et/ou à l'identité de genre. Un jeune tabassé, marginalisé, exclu n'a parfois malheureusement pas toujours la possibilité de se confier à un proche, ou alors n'est pas assez à l'aise pour en parler à un membre du corps enseignant. Il serait judicieux qu'il puisse anonymement se confier et demander conseil à une fédération d'associations qui gère spécialement des problématiques qui le touchent. Un numéro spécial pour les personnes LGBTIQ+ c'est reconnaitre que ces personnes sont plus souvent sujettes à être victime de discriminations et c'est admettre que ce fléau est un réel problème de société.
NICOLET-DIT-FÉLIX JulienOui
NICOLLIER PierreOuiTrès bien!
NOËL PhilippeOui
OCHARAN ROBLES RAPAZ EvaOui
ORSINI AntoineNon
OVETT BONDI DaviniaOuiNous avons vu que cette méthode fonctionne avec le centre d'écoute contre le racisme. L'Etat doit œuvrer à la mise en place d’un tel centre, en collaboration avec les milieux associatifs – qui ont des services existant déjà dans le domaine-, et en assurer le financement.Il est aussi important d'assurer la collaboration entres les institutions pour adresser les questions d'intersectionalité des discriminations.
ÖZDEMIR ElçimOui
PASCARELLA LouiseOuicontre toute les discriminations en général
PATEK SergeNon
PERADOTTO JulieSous réservesJe me questionne sur la nécessité de la création d'un nouveau centre ciblé, un centre déjà existant (Lavi, stop suicide) ne pourrait-il pas travailler en collaboration avec la Fed genevoises des associations LGBT?
PÉREZ MariaOui
PERLER FrédériqueOui Ce type de centre est nécessaire afin de libérer la parole et pour identifier les discriminations vécues et liées à l'orientation sexuelle et à l'identité de genre. Cela permettra aussi d'avoir des éléments statistiques fiables.
PROGIN ChristianOui
PUTALLAZ ThomasOui
QUIJANO GARCIA MariaOui
RANDEGGER AliceOui
REGAMEY MurielleSous réservesA nouveau mes réserves sont liées au souci de ne pas stigmatiser encore plus. J'opterai plutôt pour un centre d'écoute de toute victime de discrimination, peut-être avec des secteurs différents, mais s'il y a un réel besoin de créer un tel centre uniquement pour des discriminations liées à l'orientation sexuelle et/ou l'identité trangenre, alors oui.
REOLON BrunoOuiOUI! Il faut absolument créer ce centre et seuls les idiots (je m'excuse pour les idiots) diront le contraire.
RICCIARDI WERLEN JacquelineOuiOUI !
RIELLE Jean-CharlesOuiUn tel centre permettrait une meilleure aide individuelle.
ROCH Ana BelenOui
ROCHAT YvanOuiil faudrait être attentif à développer différentes capacité d'écoute notamment pour tous les âges de la vie mais également pour celles et ceux qui viennent d'horizons linguistiques et culturelles éloignés des nôtres.
ROMANO Maria-VittoriaOuiJe pense qu'il est nécessaire, car autrement nous n'allons pas avancer. La Fédération pourrait faire remonter les problématiques. Les potentiels-lles victimes de discriminations auraient un lieu d'écoute auquel il font confiance ce qui permettrait de prendre de se baser sur des informations fiables pour prendre des mesures efficaces.
ROULIN ClaudeNon
RYS AlexandraSous réservesPour éviter la multiplication des instances d'aide, il serait à étudier dans quelle mesure un centre déjà existant pour assumer ce rôle
SALERNO SandrineOuiMon département, via le service Agenda 21-Ville durable, finance le centre d'écoute contre le racisme et l'expérience se révèle positive.
SCHALK AntoineOuiOUI! Une très bonne idée qui pourrait être favorable aux jeunes LGBTQIA+ notamment.
SCHELLER GérardOui
SCHNEBLI TobiasOui
SHLYAPINA ElenaNonracisme et homophobie sont les phénomènes identiques. Je n'ai pas de connaissances sur l’efficacité du centre lutte contre le racisme. Le centre existe mais le racisme est toujours là.
SOBANEK MarionOuiIl existe déjà le centre d'écoute SOS racisme( C-ECR) qui peut servir actuellement à recevoir des appels pour des discriminations liées à l'orientation sexuelle, assimilées par la LICRA Genève notamment à une forme de " racisme".
SOMMER MonikaOui
SONDEREGGER GabrielaOui
SOTOMAYOR AndréSous réservesLe centre LAVI et d'autres centraux d'appel existent et il faut profiter du savoir-faire, dans le domaine de l'assistance téléphonique, pour trouver le partenaire qui pourra répondre sur un numéro connu du public et qui évitera une nouvelle dépense.
SPAGNOLO SalvatoreOui
STAUB MartinOuiC'est une mesure parmi d'autres qui permet de prévenir et intervenir.
STEINER MatthieuNonDes structures existent déjà
STRASSER LénaOui
TALEGHANI MajidOui
TCHAMKERTEN JolankaOui
THÉVOZ SylvainOui
THOMIAS LEDUC DianaOuiun grand oui!!! il faut pouvoir soutenir est conseiller les victime de ces incivilités
TINGUELY DominiqueOuiOui, cela figure dans le programme des Verts.
TOMBOLA Jean-PierreOuiOui je suis d'accord. Notre société évolue et il faut adapter la potique aux besoins des personnes concernées sans préjugés. Un centre d'écoute adapté est nécessaire.
TSCHUDI PalomaOui
VALENTINO StéphanieOui
VALIQUER GRECUCCIO NicoleOuiOui tout à fait, ce qui répond aux besoins des victimes et qui facilite les premiers pas pour oser dénoncer toute forme de discrimination, d'atteinte à la personnalité, etc.
VAN WOERDEN WendyOui
VEIGA LÖFFEL DamianSous réserves
VINCENT MichelOuiOUI. Nous avons vu que cette méthode fonctionne avec le centre d'écoute contre le racisme. L'Etat doit œuvrer à la mise en place d’un tel centre, en collaboration avec les milieux associatifs – qui ont des services existant déjà dans le domaine-, et en assurer le financement.
WAVRE RolinSous réservesPourquoi pas. A évaluer. Pas d’a priori. Comme Conseiller municipal, commission sociale de me commune, souvent confronté à de nombreuses demandes de subvention. Parfois un peu touffu. Veiller à ce qu’il n’y ait pas de recouvrement et de duplication. Mais si besoins, il faut une action.
WENGER ThomasOui
YOL DianaOui
YUNUS EBENER MaryamOui
ZACHARIS RonaldOui
ZAUGG CeciliaOui
ZAUGG ChristianOui
ZAUGG DanielOui
ZIMMERMANN OlivierOui
ZUBER-ROY CélineSous réservesOn pourrait élargir le mandat du centre existant.